Comment sortir d’un blocage créatif

 

 

Le blocage créatif est un état par lequel nous passons toutes. Il peut être très effrayant. Surtout lorsque l’on a l’impression qu’il ne finira jamais. Un blocage créatif peut avoir une durée différente chez chaque créative. Parfois il ne dure qu’une heure et parfois il dure des mois. Même si on a des traits de caractère de créatives, on n’est pas à l’abri de le subir.

 

C’est un état extrêmement frustrant, d’autant plus si la créativité est notre médecine et notre façon de décompresser. Pourtant il est tout à fait naturel et il n’est en aucun cas définitif. Certains contextes ou comportements le favorisent et il y a différents moyens d’en sortir.

 

 

Ce qui peut être à l’origine d’un blocage créatif :

 

 

  • Le conformisme
  • La routine
  • Le pessimisme
  • La fatigue
  • La peur
  • Le perfectionnisme
  • Le mental

 

 

Le conformisme

 

Le conformisme c’est vouloir tout faire comme les autres, suivre le mouvement. Il engendre un blocage créatif parce qu’il ne respecte pas forcément notre personnalité. Aucune personne n’est tout à fait la même qu’une autre, il est donc logique que sa créativité lui soit propre. En copiant ce que font les autres, on n’est plus à l’écoute de ses propres envies et de ses besoins.

 

Faire preuve de conformisme c’est aussi être dans une attitude passive. Et la passivité n’est pas la meilleure amie de la créativité. Si parfois se laisser porter ou guider est une bonne chose, être complètement passive et suivre un mouvement sans poser de question ni le remettre en cause est le meilleur moyen de provoquer un blocage créatif.

 

 

Suivre le troupeau n'aide pas à la créativité

 

 

 

La routine

 

Dans la lignée du conformisme, il y a la routine. Faire toujours la même chose, ou faire de la même façon. A avoir une trop grande routine créative, on finit par s’ennuyer. Tu vas me dire que la créativité a beaucoup d’ennemis mais oui, l’ennui en est un aussi.

 

L’ennui n’est pas une émotion qui nous pousse à créer ou à avancer. D’ailleurs as-tu  déjà réalisé beaucoup de nouvelles activités ou des actions par ennui ?  La seule chose qu’il ne m’est jamais fait faire c’est des gribouillis dans mes marges d’écolier. Ce qui est déjà pas mal mais pas très novateur.

 

Conclusion, si à un moment donné tu sens arriver l’ennui, commence une nouvelle pratique, apprends une nouvelle technique et change vite d’activité.

 

 

L'ennui peut provoquer le blocage créatif

 

 

 

Le pessimisme

 

Ce n’est pas un sentiment et un état très bienfaisant. Il engendre rarement des actions ou des décisions. Si tu te répètes sans cesse que tu n’y arriveras pas, que ça ne marchera pas, que tu n’en es pas capable, tu finiras par te donner raison. Le pessimisme apporte le négatif quand l’optimisme apporte la positivité.

 

Et le négatif, malgré les apparences, ne rime pas avec créatif. Si tu te penches sur la vie des inventeurs, des artistes, des écrivains, tous ont, à un moment donné, cru en eux et ont eu une vision positive de leur art et de leur avenir.

 

Tu es la seule à pouvoir te donner cette force et ce courage qui engendre la créativité. Offre-toi de croire en toi, autorise-toi à aimer ce que tu fais et surtout à t’aimer tout court. Et la créativité ne te lâchera plus !

 

 

 

La fatigue

 

Lorsque l’on est trop fatiguées, nous ne faisons rien de bon. Sauf peut-être dormir. N’essayes pas de créer si la fatigue a pris le dessus. Accorde-toi du temps, repose-toi, prends soin de toi. Ton art journal peut bien attendre quelques jours que tu te sentes mieux.

 

Même si tu t’étais fixée comme objectif de créer chaque jour. Ce n’est pas grave. A trop faire les choses dans la souffrance, l’obligation et la douleur on finit par éprouver du dégoût. Le blocage créatif arrive à ce moment-là.

 

Ton objectif n’est pas « foutu pour foutu » si tu ne crées pas pendant une semaine. Lorsque tu te sentiras mieux tu pourras revenir sur cette semaine de non créativité, en trouver peut-être l’origine, la comprendre pour ne plus la ressentir et la revivre.

 

 

LA fatigue a souvent raison de ton inspiration

 

 

 

La peur

 

C’est fou le nombre d’actions que l’on ne fait pas par peur. Elle a une propriété paralysante que nous subissons tout au long de notre vie. Elle s’active à chaque fois que nous commençons à sortir de notre zone de confort. Une formatrice a fait une jolie comparaison de la peur il n’y a pas longtemps. Elle m’a frappée et je l‘ai retenue.

 

Imagine que la peur est un passager dans ta voiture. Tu es le conducteur. A chaque carrefour ton passager se crispe, à chaque virage il se tient à son siège. Tu sens bien qu’il n’est pas à l’aise. Il essaye de freiner avec des freins invisibles et toutes les deux minutes il te demande de faire attention, de ralentir. Enfin ce qu’il veut surtout c’est que tu lui laisses le volant. Mais tu es un conducteur prudent, avisé et tu n’as pas besoin de lui céder ta place. Tu le rassures, tu lui dis que tu sais ce que tu fais et tu le remercies de se préoccuper autant de la sécurité. Parfois tu appliques ses conseils, mais ce n’est pas une obligation.

 

Et bien c’est pareil dans ta vie. Ne laisse pas le « volant de ta vie » à la peur. Toi seul sais ce qui est bon pour toi. Rassure donc la peur en lui assurant que tu gères. Remanies ta vie en suivant certains de ses conseils mais ne lui laisse pas le contrôle. Sinon elle arrêtera la voiture et ne redémarrera jamais.

 

 

Le perfectionnisme

 

Cette même formatrice (Mélanie des pies bavardes) cite régulièrement une expression que j’adore «  Le perfectionnisme, c’est la procrastination en talons aiguilles » de Elisabeth Gilbert.  En gros il n’y a pas meilleure excuse que le perfectionnisme. Pourtant comme la procrastination, il engendre l’inaction.

 

Tu n’as pas besoin d’être Picasso ou Monet pour créer ou faire preuve de créativité. La rature, le brouillon, les échecs font partis de la créativité. Ils la nourrissent et la développent. Et en plus je trouve qu’ils ont vraiment du charme.

 

 

Le mental

 

Il rejoint un peu le pessimisme. Si tu es trop dans le mental et surtout dans le mental négatif, tu risques de provoquer un blocage créatif. La petite voix à l’intérieur de toi qui te fait douter, qui te critique est te juge, est le « soldat » du mental.

 

Tourne le son sur off et laisse-toi porter ta créativité. Ne te demande pas si c’est bien de faire un collage, d’utiliser telle couleur ou si ta création fait réaliste. Profite simplement de l‘instant présent et éclate-toi.

 

 

Fais taire la petite voix en toi

 

 

Comment sortir d’un blocage créatif ?

 

Parfois on a beau faire attention, le blocage créatif arrive tout de même. C’est d’autant plus décourageant si a mis en place de quoi l’éviter. Heureusement un blocage créatif n’est pas définitif. Il y a différentes façons d’en venir à bout.

 

 

  • Détox écrans
  • Etre à l’écoute de ses émotions
  • Accepter l’échec
  • Avoir une liste d’activités qui font du bien
  • Retrouver la confiance en soi

 

 

Détox écrans

 

Parfois le blocage créatif vient d’une overdose d’écrans, ou du moins ceux-ci l’a favorisé. Il est judicieux de se désintoxiquer des écrans pendant plusieurs jours.

 

Lis un livre plutôt que de regarder la télé, écoute un podcast ou la radio le matin plutôt que d’aller sur les réseaux sociaux ou danse sur ta musique préférée plutôt que de mater Netflix. Tu peux aussi faire de grandes balades dans la ville ou dans la nature. D’ordinaire, au bout de quelques jours ton inspiration devrait s’être revigorée.

 

 

Lire un livre plutôt que de regarder la télé

 

 

Etre à l’écoute de ses émotions

 

Lorsque que l’on se retrouve bloquée bien souvent c’est que l’on n’a pas été assez à l’écoute de soi. On s’est négligée, on s’est oubliée, on a lutté contre nos ressentis ou nos émotions. Du coup ton esprit, ton corps ou ton âme ne trouve pas d’autres moyens de t’alerter que par un blocage. Qu’il soit physique ou mental. Ainsi tu es obligée d’être à l’écoute pour avancer de nouveau.

 

Le meilleur moyen de sortir de l’impasse c’est d’être à l’écoute de soi ou de ses émotions. Pour cela tu peux procéder de plusieurs façons. Si tu es du genre méditation, médite en pleine conscience. Tu peux aussi faire un scan corporel.

 

Assieds-toi dans une position confortable et concentre-toi tour à tour sur une partie bien précise de ton corps. Commences par tes orteils, essaye de les ressentir, de sentir leur contact avec le sol ou avec la chaise, est-ce qu’ils ont mal ? Froid ? Chaud ? Remonte ensuite ton attention sur la plante de tes pieds, puis sur tes talons, tes chevilles et ainsi de suite. Cet exercice fait porter ton attention et ta concentration sur ton corps et ses ressentis. Ainsi tu es à l’écoute de toi.

 

Personnellement j’écris. Pas un poème ou une chanson, j’écris les mots tels qu’ils me viennent. Sans style ni artifice et surtout sans jugement ni critique. J’écris tout ce que je pense à l’instant T, même si ça peut être méchant sur une personne, complètement ridicule ou absolument illusoire. Si la phrase a traversé mon esprit, il doit y avoir une raison. En écrivant mes yeux « montrent » à mon cerveau que je me suis centrée sur ces ressentis et les émotions se « sentent entendues ». En général cela me calme dans les 10 minutes.

 

Accepter l’échec

 

Notre société à tendance à dénigrer l’échec. C’est une notion très négative. Pourtant c’est l’échec qui nous pousse à persévérer, c’est lui qui nous apprend le plus et c’est grâce à lui que nous grandissons. L’échec n’est pas une fin en soi. Il est un tremplin, une route vers la réussite.

 

En acceptant l’échec, surtout créatif, tu t’offres l’opportunité d’aller plus loin. Si tu le considères comme un ami plutôt qu’un ennemi il saura te guider vers tes souhaits et tes rêves.

 

Savais-tu qu’il a fallu plus de 700 essais à Thomas Edison pour inventer l’ampoule à incandescence ? A ce sujet il a dit « Je n’ai pas échoué une seule fois. J’ai simplement découvert 10 000 façons qui ne fonctionnent pas ».

 

 

Avoir une liste d’activités qui font du bien

 

Lorsque le blocage créatif se pointe la pire réaction est de se forcer à créer. Cela ne t’aidera absolument pas. Ce serait un peu comme si tu t’étais cognée à une porte vitrée et que qu’au lieu de l’ouvrir tu fonçais dans le verre pour sortir. Tu vas briser la vitre et tu vas surtout te faire mal.

 

Le mieux c’est d’avoir une liste d’activités qui te font du bien : Prendre un bain, boire une tasse de thé, danser sur ta chanson préférée, appeler ta meilleure amie etc. Et dès que tu sens que tu es bloquée, choisis une activité sur ta liste et fait là. Cela ne te débloquera peut être pas tout de suite, mais ce sera mieux que de te forcer à créer.

 

 

boire une tasse de thé pour se détendre

 

 

Retrouver la confiance en soi :

 

Le blocage créatif vient bien souvent d’un manque ou d’une perte de confiance en soi. On ne croit plus en soi ni en sa créativité. Elle « disparaît » un peu comme les fées quand on n’arrête de croire en elles.  Il est donc nécessaire de trouver ou de retrouver sa confiance en soi.

 

Pour cela je te propose le rituel de la déesse.  Dans un carnet ou sur une feuille de papier tu vas noter tout de dont tu es fière. Commence par ton physique, tu aimes tes cheveux ? Ta poitrine, la couleur de tes yeux ? Note le ainsi «  je suis fière d’avoir … (des yeux bleus, de beaux seins, une belle chevelure etc). Même si tu sais que tu n’y es pas pour grand-chose. Note !

En dessous écris tout ce que tu es fière d’avoir dans la vie : une belle maison, une famille aimante, un boulot que tu aimes, une imagination débordante, une créativité sans faille, de la persévérance, de la patience, de la joie, de l’optimisme etc.

Encore en dessous inscrits tout ce que tu es fière d’avoir accompli : un super projet mené à bien, une bonne éducation pour tes enfants, une super décoration chez toi etc.

 

Ensuite tous les matins ou tous les soirs, enfin surtout une fois par jour quand tu le souhaites, tu relis à voix haute toutes les phrases. Oui a voix haute j’ai dit. Pour que ton esprit et ton âme les entendent.

 

Une à deux semaines de rituel de la déesse et ta confiance en soi reviendra comme par magie.

 

J’espère que cet article blog t’aidera à t’éviter les blocages créatifs ou du moins à en guérir lorsqu’ils arrivent. N’oublies pas que la créativité est une alliée dans ta vie et que plus tu la traites bien et plus elle voudra passer du temps avec toi.

 

Tu veux recevoir d’autres supers conseils en créativité ? Abonne-toi aux mails de La Sardine Plastique ici.

Nullam at commodo justo ipsum dictum fringilla