Art journal Cornelia

 

Tu es une fille du printemps ? L’hiver te mine et tu te réveilles avec le printemps ? Tu aimes les plantes, les dessiner, les faire sécher ou encore les cuisiner ? L’art journal Cornelia est fait pour toi.

Ce carnet est un appel à la création en plein air, sur le vif. Il t’invite à célébrer le printemps en créant en pleine nature. Sa photo de couverture évoque les cabanes de ton enfance ou même un berceau dans lequel te reposer.

L’art journal Cornelia est un femmage à Cornelia Konrads, une artiste du courant Land Art. Elle crée en pleine nature des installations avec uniquement des éléments qu’elle trouve sur place : branches, mousse, feuilles, pierres, fleurs etc. Son œuvre est une ode à la nature, à ses formes et à ses matières.

Composé de différents papiers (dessin, kraft, coloré, aquarelle), ce carnet sera un art journal idéal. Il se pliera à tes envies créatives, quelle que soit la pratique ou la technique utilisée.

Informations supplémentaires ci-dessous.

25,00

5 en stock

 

Née en 1957 à Wuppertal, Cornelia Konrads vit à Barsinghausen en Allemagne.

Après des études de philosophie et de sciences culturelles, elle devient l’assistante d’un sculpteur qui lui apprend des techniques qui lui serviront pour ses futures ?uvres puis travaille comme professeur. C’est en 1998 qu’elle débute sa carrière artistique avec des présentations de dessins, de gravures et d’objets qui sont devenus de plus en plus in situ ; puis de grandes expositions de plein air lui permettent de se faire connaître et de recevoir des subventions. Grâce à cela, elle quitte son poste de professeur et devient artiste freelance. Ses œuvres, souvent rapportées au Land Art, sont installées de façon permanente ou éphémère dans de nombreux pays et dans des sites spécifiques : espaces publics, parcs de sculptures, jardins privés.

Cornelia Konrads joue avec l’illusion d’apesanteur que ces ?uvres peuvent donner, elle utilise souvent des matériaux naturels tels que le bois, les feuilles, les pierres ou bien des briques, du plâtre… Ses ?uvres génèrent des situations hors du commun qui interrogent le spectateur. L’artiste souhaite que l’on doute et que l’on se questionne sur son travail, est-ce que la forme que l’on observe a toujours été présente, est-ce uniquement l ‘œuvre de l’artiste ou bien une forme naturelle ? Va-t-elle changer ou disparaître peu à peu ? Une grande partie de ses ?uvres sont précédées d’un sorte de voyage, Cornelia serpente la nature «  à la recherche de l’emplacement et de la forme pour une installation prévue », elle observes les matériaux naturels de l’endroit, qu’elle intégrera peut-être à l??uvre finale. Pour elle, le site, qu’il soit intérieur ou extérieur, est une texture qui fait partie de l’œuvre, d’où le terme « in situ », ses créations sont faites pour un lieu et ne peuvent pas en changer.

A travers chaque œuvre, il y a un dialogue qui s’instaure entre le lieu, les matériaux et leur histoire. « Sa combinaison de l’art, de la philosophie et des voyages donne à son travail un vibrance unique qui correspond bien avec les paramètres qu’elle choisit. »

 

 

L’art journal Cornelia peut aussi devenir :

  • un herbier
  • une carnet de dessin
  • un carnet de voyage

 

Taille : 21 x 14,8 cm

Papiers : papier dessin 125g, papier couleur vert 80g, Papier aquarelle 200g, papier kraft 90g

Reliure : cousue à la main avec du fil de coton vert

Nombre de pages : 96

La photographie prise par Géraldine Arlet représente un cœur de forêt. Elle a été imprimée sur un papier mat 300g. Elle a ensuite subi un pelliculage soft touch qui lui apporte une douceur sous les doigts.

Pin It on Pinterest

Share This