Carnet créatif Georgia

 

Le printemps est ta saison préférée ? Tu es amoureuse des fleurs et des bourgeons ? Le carnet Georgia t’est destiné !

Il est un hommage à la saison du printemps, à ses fleurs éphémères, à l’arrivée des beaux jours et à sa beauté.

Il t’invite à créer autour des fleurs, en peinture, en origami, en dessin ou en motif. Parce qu’avec des fleurs dans sa vie, tout va mieux. 

Il fait partie de la collection 2021, inspirée par des femmes artistes. C’est l’artiste Georgia O’Keeffe qui inspire le carnet georgia.

Pour en savoir plus, voir ci-dessous. 

30,00

1 en stock

La peintre Georgia o’Keeffe est à l’origine du carnet Georgia. Elle peint des tableaux de gros plans de nature et de fleurs notamment qui frisent l’abstrait. 

Elle naît le 15 Novembre 1887 dans le Wisconsin. Elle s’intéresse très tôt à l’art et sait qu’elle veut devenir artiste. Elle étudie à l’Art institut de Chicago et l‘Art Students League of New York. 

En 1908 elle arrête la peinture pendant 4 ans, persuadée de ne pas pouvoir devenir peintre figurative et gênée par l’odeur de la térébenthine. Elle reprend en 1912, inspirée par l’artiste Arthur Wesley Dow. Désormais elle s’intéresse à la ligne, aux formes, aux couleurs et aux ombres. 

En 1916, une de ses amies envoie certains de ses dessins à Alfred Stieglitz qui accepte de les exposer dans sa galerie et lui consacre une exposition solo l’année suivante. C’est aussi une histoire d’amour qui commence entre les deux. Ils se marieront en 1924. 

Georgia deviendra le modèle d’Alfred, il a fait plus de 350 portraits d’elle. Georgia délaisse l’aquarelle et se met à la peinture à l’huile. Elle se consacre toute entière à son art. 

En 1933 elle est hospitalisée pour une grande dépression alors qu’elle est incapable d’achever dans le temps imparti un projet de peinture murale au Radio City Music Hall. Elle ne peindra plus rien de l’année. Sa créativité et son art ne sont pas toujours réguliers. 

Néanmoins sa réputation grandit et elle reçoit plusieurs commandes. Elle a aussi plusieurs expositions. Notamment à l’Institut d’art de Chicago en 1943 et au Museum of Modern Art à New York, première rétrospective accordée par ce musée à une artiste femme.

En 1972, sa vision baisse fortement rendant plus difficile l’exercice de son art. Mais elle dessinera jusqu’en 1984. 

Aujourd’hui un musée lui est consacré au Nouveau Mexique, région dans laquelle elle avait une propriété, un film lui a été consacré.

Elle est demeurée à l’écart de tous les mouvements artistiques, ayant un style bien à elle.

Telle Georgia O’Keeffe, tu as le droit de ne pas avoir une créativité régulière. Le carnet Georgia t’invite à créer sans culpabiliser. 

C’est OK de ne pas créer tous les jours. C’est OK d’avoir des jours sans. C’est OK de faire des pauses créatives. 

Il pourra devenir ton carnet d’inspiration, pour te remettre doucement à créer. Ou ton art journal irrégulier mais à ton image. 

Taille:  14.8 X 21  cm / format A5

Papiers : papier dessin 125g, papier kraft 80g, Papier aquarelle 200g, papier ligné 66g, papier blanc 80g

Élastique : 1,5 cm de largeur, bleu ciel 

Reliure : cousue à la main avec du fil de coton vert d’eau

Nombre de pages : 96

L’image de couverture représente des fleurs blanches sur une branche d’arbre. 

Elle a été prise par l’artiste Géraldine Arlet et a été imprimée sur un papier mat 300g. Elle a ensuite subi un pelliculage soft touch qui lui apporte une douceur sous les doigts.

Pin It on Pinterest

Share This