Un carnet / Une histoire #3

Aujourd’hui dans Un carnet / Une histoire #3 je vais vous parler du carnet Saphir. Sa couverture est une métaphore de la poésie de la nature.

Dans Un carnet / Une histoire #1 je vous avais raconté le carnet « Veilleuse » et la ville de Grasse et dans Un carnet / Une histoire #2 je vous narrais l’histoire du carnet « Avion » et d’un monument de la ville de Marseille. Ici point de ville ou de lieu en particulier mais une ode à la forêt.

Une ode à la forêt

J’adore me promener en forêt ! sentir les odeurs de sève, de résine, entendre les branches et les feuilles craquer sous nos pieds. Avoir l’impression d’être perdu au cœur de la nature. C’est comme respirer un bol d’air pur non ? Et bien la couverture du carnet Saphir se veut souvenir de ses sensations. Il s’agit d’une branche prise en contre-plongée (c’est à dire d’en dessous), en haut à droite vous voyez un halo de lumière comme un rayon de soleil qui tente de percer. Ce point de vue nous donne l’illusion d’être en plein bois non ?

La teinte bleue était déjà présente à la prise de vue et j’ai pris le parti de la laisser. Je trouve qu’elle vient souligner la féerie et la magie que l’on peut ressentir lors d’une balade en forêt. A l’intérieur du carnet, vous retrouvez, en plus des feuilles de papier blanc, le papier kraft qui est presque devenu la marque de fabrique de La Sardine Plastique comme un rappel du bois ou de l’écorce et des feuilles de couleur oranger. Le choix de ce papier est en lien avec la couverture. En choisissant une couleur complémentaire du bleu a couverture est mise en avant.

Le carnet Saphir semble idéal pour constituer votre herbier. Si cela vous tente j’ai écrit un article sur comment faire un herbier. Et pour acheter le carnet Saphir, c’est par ici.

Laisser un commentaire