À propos

Vous avez pleins de carnets chez vous et vous ne pouvez pas vous empêcher d’en acheter. Ils s’entassent dans vos placards. Vous voudriez les utiliser mais vous ne savez pas comment. Ils finissent par se ressembler tous : des petits carnets blancs attendant d’être noirci. Comme je vous comprends !

J’ai toujours été une fan de carnets ! Dès le plus jeune âge j’ai aimé acheter mes cahiers pour la rentrée. Depuis j’ai acheté beaucoup, beaucoup de carnets ! Et j’avais le même problème que vous, J’ai très peu écrit et seulement dans quelques-uns d’entre eux !

Je trouvais aussi que les illustrations de carnets étaient sensiblement les mêmes. Bref, ils ne me correspondaient pas vraiment. Des pages lignées, des pages blanches uniformes et de temps en temps tout de même, des pages colorées. Je n’avais jamais vraiment d’idée ou l’envie d’y écrire. Et pourtant je continuais d’en acheter, de les commencer sans jamais les finir et de les entasser sur mes étagères. Comme si j’étais à la recherche du carnet idéal.

A défaut d’avoir trouvé  le carnet de mes rêves, j’ai décidé de le créer. J’en avais fait quelques-uns durant mes études d’art. J’y ai pris goût. La marque La Sardine Plastique était née ! En hommage à la ville de Marseille et aux arts plastiques.

J’ai toujours été très attachée au papier. Même en étant de la génération numérique je n’ai jamais pu me passer d’une feuille et d’un bon vieux stylo. Et puis un carnet ça se garde, ça se transmet ! Comme un objet qui traverse les générations ! Mon arrière-grand-père a ainsi écrit son autobiographie vers la fin de sa vie. Et depuis son manuscrit passe de mains en mains et de générations en générations.

Un carnet c’est un peu comme une correspondance… on s’écrit à soi mais qui sait qui d’autre nous lira ?

Ce qui me plaît dans un carnet, vous l’aurez compris, c’est aussi la matière ! La toucher, la sentir. Comme lorsque vous lisez un livre vous savez ? (Le grain du papier sous les doigts, l’odeur de l’encre et de la colle). Cette attirance pour le toucher remonte à loin ! Elle m’habitait déjà lorsque je faisais, petite, des gâteaux avec ma mère! Dès qu’elle avait le dos tourné, je plongeais ma main dans le sachet de farine. Vous avez déjà essayé ? La farine a cette texture douce et pelucheuse ! Un vrai délice pour mes petits doigts ! Et oui, ma madeleine de Proust est La Farine !

C’est donc tout naturellement que la matière est au cœur de mes carnets ! Pas de farine je vous rassure ! Mais du kraft, du papier de reliure, du papier japonais et j’en passe !  Au lieu d’un carnet d’une seule matière, je les mixe, les superpose et les confronte ! De quoi ravir mon âme d’artiste et de collectionneuse de papiers !

J’avais envie de carnets précieux, originaux, pour prendre le temps et l’envie d’y écrire. Mais surtout des carnets que l’on a envie de transmettre ! Sans tabous ni restriction. Non pas de transmettre dans la minute bien sûr ! Mais…

J’aime l’idée que dans 50 ans, mes enfants puissent un jour se pencher sur un de mes carnets et découvrir quelque chose de moi.