Le carnet de croquis, du moyen âge à nos jours

 

Aujourd’hui nous sommes tous habitués aux carnets de croquis, compagnon fidèle des artistes. Il a beaucoup évolué depuis le début de son existence au moyen âge. Je te laisse découvrir l’histoire du carnet de croquis, du moyen âge à nos jours.

Il semble que les carnets de croquis soient apparus en même temps que les premiers livres reliés , au moyen âge. L’arrivée du parchemin, moins épais que le papyrus, permit de plier des feuilles pour créer des feuillets. Ceux-ci cousus ensemble et collés à une couverture deviennent des codex ou livres reliés. D’ailleurs le mot carnet en lui même vient du terme médiéval quernet (« Groupe de quatre feuilles ») et du latin quaternum (« relatif à quatre », « plié en quatre »).

Mais à l’époque le carnet de croquis ou carnet de dessins avait-il la même fonction qu’aujourd’hui ?

Pour cela il faut aborder aussi l’histoire du dessin. Celui-ci est différent de la peinture bien qu’intimement lié à elle.

 

Le dessin avant le carnet de croquis.

 

A l’origine le mot dessin s’écrivait comme le mot dessein qui signifie l’intention de montrer ou projet. Ils sont tous les deux issus du même mot de-signare et qui a plusieurs sens. Le dessin est mental qui suit le mouvement de la main. Le dessin est donc un mouvement physique mais aussi de l’esprit.

A la renaissance on distingue les deux termes. Dessein devient l’image mentale du tableau à venir et le dessin désigne les esquisses préparatoires. Le dessin devient une étape dans l’élaboration d’un tableau. Il n’a aucune valeur en soi et est très peu considéré.

Il existe cependant déjà très tôt des dessins qui ne sont pas à destination d ‘un tableau. Le dessin d’observation, le dessin sur le vif et le dessin de mémoire sont indépendant de la peinture et sont considérés comme des outils de connaissance et de maîtrise du réel.

Le 18ème siècle voit les prémisses de l’essor du dessin comme œuvre à part entière. Ce n’est qu’à la fin du 19ème qu’il sera reconnu comme art autonome. D’ailleurs l’un des 7 arts est bien la peinture et non le dessin.

Le carnet de croquis au moyen âge

 

Le plus vieux carnet de croquis qui est parvenu jusqu’à nous est celui de Villard de Honnecourt. Il date du 13ème siècle. Il était maître d’œuvre et a participé à la construction de nombreux édifices religieux. Son carnet de croquis regorge de dessins architecturaux mais aussi de figures et d’ornements. Il est aujourd’hui conservé par la bibliothèque nationale de France et tu peux le consulter ici.

Villard de Honnecourt a aussi réalisé des planches naturalistes, des représentations humaine, des représentations de scènes religieuses, des études géométrique (dont une encore enseignée aujourd’hui), des dessins de machineries mais aussi des ébauches de machines à mouvement perpétuels dans son carnets. C’est un peu un carnet de De Vinci avant l’heure.

Ce carnet nous montre bien que le dessin n’est pas le but du carnet de croquis. Il aide simplement à visualiser, à montrer ou à donner forme à ses idées.

 

                                                                                                                          dessin d'une machine de l'époque page du carnet de Villard de Honnecourt. La barbe se confond avec les ornements

 

Le carnet de croquis à la renaissance

 

C’est durant la Renaissance que les artistes commencent à voyager, particulièrement en Italie, pour voir les œuvres des grands maîtres. Ils peuvent ainsi les copier pour améliorer leur dessin, étudier leurs façon de traiter la lumière et les formes.

L’arrivée du papier (invention chinoise) en Europe au 13ème siècle a facilité la démocratisation du dessin. Le papier étant bien moins cher que le parchemin. Nos artistes partent donc avec leur carnet de dessin en voyage. Durant cette période le carnet de croquis devient un carnet d’étude et d’entraînement. Les peintres s’en servent ensuite pour reproduire des techniques dans leurs tableaux.

Il sert également de réceptacle au dessin analytique ou scientifique. Il devient herbier pour l’apothicaire ou relevés anatomiques pour le médecin ou même recherche de perspectives pour l’architecte. Il reste un outil de recherche et d’analyse.

 

Le carnet de croquis au 19ème siècle

Il semble que l’invention des tubes de peinture ait favorisé l’émergence du dessin en tant qu’art à part entière. En effet avec les tubes les peintres peignaient sur le motif, sur le vif. Ils prenaient leur chevalet et peignaient en pleine campagne ou en bord de mer. Ils quittaient leur atelier. Ils avaient de moins en moins besoin de croquis préparatoires.

Lorsqu’un artiste dessinait, le dessin pouvait être l’œuvre finale. Il se suffisait à lui même. C’est ainsi que de nombreux artistes ce sont mis à dessiner, pour le simple plaisir de dessiner.

Voici l’histoire du carnet de croquis du moyen âge jusqu’à nos jours. Il peut prendre bien des formes aujourd’hui. Ils y en a des très originaux, je t’en parle dans plusieurs articles blog.