l’échec est un tremplin

8 Sep 2021

4 min

 

 

Si tu as lu l’article de blog où je t’invite à accepter l’échec et la rature dans ta vie, tu sais déjà que l’échec a très mauvaise réputation dans notre société d’aujourd’hui. Surtout en France. Pourtant l’échec est un tremplin vers ta réussite. Et ce dans tous les aspects de ta vie. 

 

Lorsque l’on échoue, on éprouve une frustration, nous sommes tristes. Nous n’avons pas obtenu ce que nous voulions, il est normal d’en ressentir de la tristesse, nous faisons le deuil de ce que nous nous étions imaginé. Mais l’échec n’est pas une fin en soi ! 

 

Aux Etats-Unis, l’échec a bien meilleure presse. En France, il est difficile d’emprunter des fonds pour un projet professionnel si on a déjà fait faillite par le passé. Alors qu’en Amérique, plus on a fait faillite et plus les banques sont prêtes à nous prêter. Parce qu’elles savent que l’échec mène à la réussite.

 

ne pas nier l'échec

 

L’échec est un tremplin

 

D’abord, je trouve important de se féliciter. Oui même en cas d’échec. Parce que si tu as échoué, cela veut dire que tu as essayé ! Tu n’as pas rien fait. Tu as eu le courage de te lancer, d’expérimenter, d’essayer. Et ça c’est déjà énorme ! Connaître l’échec c’est avoir eu la force de caractère de tenter quelque chose. Savais-tu qu’en moyenne les entrepreneurs échouent 3,8 fois en moyenne avant d’avoir une entreprise pérenne ? 

 

Tout le monde, tout une chacune a déjà vécu l’échec. Oui tout le monde. Personne n’en parle ou même ne l’avoue. Parce que ce n’est pas très flatteur, ou plutôt on pense que ce n’est pas très flatteur. Une fois que l’on a accepté que l’échec est un passage obligatoire et que ce n’est pas un drame, nous ne pouvons que mieux vivre. 

 

Faire face à l’échec

 

L’important c’est de ne pas nier l’échec. Si en tentant quelque chose de nouveau, tu sais que tu peux échouer, l’échec est moins douloureux parce que tu t’y étais préparé. Et parce que tu as intégré qu’échouer était le meilleur moyen d’apprendre. 

 

Une personne qui n’échoue jamais n’évolue pas. Elle ne change pas et elle n’apprend rien. Pire, si elle vit son premier échec très tard dans sa vie, elle ne saura pas comment s’en remettre. Et la chute n’en sera que plus brutale. 

 

Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends. Mandela

 

En faisant face à l’échec, en l’acceptant et j’irais même jusqu’à dire en l’accueillant, tu t’offres la voie royale vers la réussite

 

 

Les atouts de l’échec

 

En premier lieu, l’échec te permet de savoir ce que tu veux vraiment. Si tu échoues de nombreuses fois pour obtenir la même chose, c’est que tu souhaites vraiment cette chose là. Sinon tu aurais abandonné au premier échec. Savoir ce que l’on veut dans la vie, c’est savoir où l’on va. 

 

L’échec c’est aussi apprendre à relativiser. Il met notre impatience à rude épreuve, surtout la mienne ! Être mis en échec nous oblige à voir les choses sous un autre angle, à se remettre en question et revoir nos à priori. Ce qui tu l’avoueras est plutôt bénéfique.

 

Échouer te rend plus empathique. En échouant tu es plus à même de comprendre les échecs des autres et donc tu es plus empathique avec ton entourage. Vous êtes passés par les mêmes moments, il est donc logique que vous vous compreniez et que vous soyez plus indulgents entre vous. 

 

L’échec te permet même d’être plus indulgent envers toi-même. Si, si Je t’assure. Au moment où tu échoues, au lieu de te flageller, en te traitant de looser, prends un regard extérieur. Imagine que c’est ta meilleure amie qui a échoué. Qu’est-ce que tu lui dirais ? Je ne pense pas que tu lui dirais qu’elle est nulle et qu’elle l’a bien mérité. Et si tu faisais pareil pour toi ? 

 

 

Faire face à l’échec

 

Maintenant que tu as vu que l’échec n’était pas une mauvaise chose et qu’il est un tremplin, voyons comment y faire face de la façon la plus saine possible. 

 

Ok tu as échoué, c’est indéniable et tu ne le nies pas. Passé le moment de colère et de tristesse (qui sont tout à fait sains), que fait on ensuite ? Se poser les bonnes questions est un bon point de départ. 

 

Pourquoi c’est un échec ? Qu’est-ce que je voulais atteindre et qu’est-ce que j’ai obtenu ? Pourquoi je n’ai pas obtenu le résultat escompté ? Quelles erreurs j’ai commises ? 

 

Se poser les bonnes questions te permet d’aller de l’avant et d’identifier les problèmes rencontrés. Et si, bien souvent, un échec n’est pas dû qu’à nous (météo, contexte sanitaire, crise économique etc) il y a toujours une part de responsabilité. 

 

La dernière question à se poser est la plus importante : Qu’est-ce que j’ai appris ? Cela te permet de faire mieux la prochaine fois ! 

 

 

Jusqu’ici j’ai parlé de l’échec en général et dans tous les aspects de ta vie. Mais bien sûr, ces conseils s’appliquent aussi dans ta créativité. Lorsque tu rates un visuel, lorsque tu ratures, déchires ou froisses, tu peux accueillir cet échec et te poser les bonnes questions. 

 

J’espère que cet article t’aura aidé à avoir une meilleure image de l’échec et que désormais tu sauras l’accueillir dans ta vie. L’échec est un tremplin vers ta réussite.

 

Cet article blog t’a intéressé ? je t’invite à t’y abonner en bas de la page d’accueil du blog pour recevoir un mail à chaque sortie de nouvel article !

Tu aimeras aussi…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This